Rivière et forêt vierge par Dan Roizer dans Unsplash

Pourquoi économiser l’eau ?

Pourquoi est-ce vraiment essentiel de ne pas gaspiller d’eau ?

Pour mon fils de 4 ans, c’est difficile de comprendre pourquoi l’eau est si précieuse et qu’il ne faut pas la gaspiller. Après tout, cette flotte coule en continue du robinet et elle n’a pas l’air de vouloir s’arrêter, alors pourquoi en faire tout un foin ?

Et nous-mêmes, adultes, avons-nous vraiment conscience de la réelle nécessité de ces restrictions ?

Petit point sur une question pas si anodine.

Robinet par Dan Watson chez UnsplashDan Watson

 

Est-ce que je sauve le monde en fermant mon robinet ?

« Arrête de laisser couler l’eau !!! Y’a des tas d’enfants dans le monde qui n’ont pas d’eau potable alors il ne faut pas la gâcher ! »

Outre qu’elle fait appel à des qualités empathiques qu’il est toujours important de titiller chez nos chers petits, cette explication est complètement bancale. En quoi, si je ferme les vannes de ce côté du globe, y aura-t-il plus d’eau consommable au Sahel, je vous le demande ? Genre il y aurait un grand réservoir au centre de la Terre et tout ce qui n’est pas pompé d’un bord pourrait profiter à l’autre ? Révisez vos cours de géologie car ce n’est pas tout à fait comme ça que ça marche…

Mais alors, si je ne fais même pas un geste pour ceux que en ont besoin, à quoi ça sert ?

Ben, ça sert à ne pas devenir un de ceux qui ont a besoin, déjà. Je m’explique :

 

Que se passe-t-il si plus personne ne fait attention à économiser l’eau ?

L’eau de pluie s’infiltre dans le sol et vient s’amasser dans ce qu’on appelle des nappes phréatiques. Celles-ci sont les réserves dans lesquelles nous venons puiser l’eau qui servira à notre consommation domestique après traitement. Mais ces nappes alimentent également les ruisseaux, qui deviendront rivières, qui deviendront fleuves… et la flore qui va avec. (Il y a quand même un tout petit peu plus de végétation sur les rives de la Loire que sur le plateau du Larzac, non ?) Ces plantes, arbres, taillis, abritent eux-mêmes une faune variées qui profite du gîte, du couvert et d’un p’tit coup à boire offert par ce même cours d’eau.

Rivière par Kasuend chez Unsplashkazuend

Alors que se passe-t-il si tous les Toto de France se mettent à laisser couler inconsidérément l’eau de leur robinets ?

Dans un premier temps : rien… (A part une grosse facture à la fin du trimestre.)

Cependant, subtilement, le niveau des nappes phréatiques va baisser à mesure que les précipitations ne couvriront plus ce qui est ponctionné.

Bientôt, certaines sources vont se tarir. Le niveau des rivières va sensiblement baisser. La végétation alentour se réduire et les bestioles, qui sont bien plus malignes que les humains, vont déménager ou au moins réduire leur population. Notons que cette désertion va elle-même conduire à une diminution de la flore puisque beaucoup d’espèces végétales comptent, pour se reproduire, sur une dispersion mécanique effectuée par les animaux (pollinisation par les insectes, « essaimage » de leur graines par les mammifères et les oiseaux).

 

Cette seule raison pourrait convertir plus d’un bambin à l’écologie mais mon fils est coriace et un tantinet auto-centré, alors…

 

Continuons le scénario catastrophe

L’homme finit par pomper toutes les réserves. Les rivières sont à sec, les arbres ont disparu. L’eau du robinet, en plus de coûter une blinde, devient de plus en plus sporadique.

« C’est pas grave, se disent les Toto. Nous allons faire attention pendant quelques temps et puis la pluie va à nouveau remplir les nappes phréatiques et il y aura à nouveau de l’eau pour tout le monde (sic)! »

Oui… mais non.

Parce que la pluie, elle ne tombe plus. Parce qu’il n’y a plus d’arbre pour faire se former les nuages et attirer les précipitations. On est dans un désert. Vous croyez que la Bretagne est si verte parce qu’il y pleut tout le temps ? Non ! Il y pleut, souvent, parce qu’elle est bien verte. C’est un cercle vertueux. Et si nous nous entêtons à gaspiller nos ressources nous l’inverserons tôt ou tard.

Arbres du désert par Marcelo Novais chez UnsplashMarcelo Novais

Résultat, les Toto se retrouvent dans la situation de devoir restreindre au maximum leur consommation d’eau potable et d’acheter celle-ci à ceux qui auront eu l’intelligence de faire attention AVANT qu’il ne soit trop tard.

D’autant que les nappes phréatiques n’ont pas besoin du concours des Toto pour baisser. Le réchauffement climatique, largement induit, lui, par tous les Toto du monde, y contribue déjà bien comme ça.

 

Quand c’est la faute des autres…

« Mais moi c’est ridicule ce que je peux consommer à côté des industriels et autres agriculteurs ! »

Là, ce n’est pas mon fils qui le dit, mais la petite voix du je-m’en-foutiste qui traine dans la tête de tout un chacun. Puisque les autres font pire, pourquoi je me gênerais ?

Mais parce que chaque geste compte. Parce que des lois régiront peut-être un jour (j’espère !) les actions des professionnels. Mais il n’y aura pas de flic de l’eau dans chaque foyer… où alors ce serait très désagréable. Parce qu’il existe des tas d’alternatives pour diminuer sa consommation. Parce que, à mesure que l’eau douce disparait, elle coûte de plus en plus chère.  Alors, prenons les devants !

Et si vous tenez à vraiment aider les peuples qui n’ont pas accès à l’eau potable, donnez à ces associations qui se chargent de creuser des puits et à mettre en place des stations d’assainissement dans les pays qui sont en demande. Mais aussi à celles qui y plantent des arbres ou qui défient les mono-cultures intensives. Car il n’y a que lorsque la forêt aura remplacée les déserts que chacun y gagnera en autonomie et en qualité de vie.

Forêt par Guy Bowden chez UnsplashGuy Bowden

 

Image d’ouverture : Dan Roizer

 

Auteur de l’article : Virginie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.